Les Ondes de l'Immo

Accueil

  • Le constat legalpreuve de conformité locative c’est quoi ?

    Le constat legalpreuve de conformité locative c’est quoi ?

    Les commissaires de justice annoncent le lancement officiel du constat legalpreuve de conformité locative.

    Elaboré et normé par la Chambre Nationale des Commissaires de Justice, il vise à vérifier les caractéristiques d’un logement. Le but ? Rassurer et accompagner les propriétaires et les professionnels de l’immobilier dans la mise en location d’un bien immobilier. 

    3 millions de logements vacants en France
    500 000 bientôt interdits à la location

    Chambre Nationale des Commissaires de Justice

    Le constat legalpreuve de conformité locative en 3 étapes

    Les informations ci-dessous sont communiquées par la Chambre Nationale des Commissaires de Justice.

    1/ Checklist préalable et personnalisée au bien

    Selon un protocole complet, élaboré par la Chambre nationale des commissaires de justice, en collaboration avec les acteurs institutionnels du logement, le commissaire de justice pourra procéder au contrôle de conformité de tous les critères légaux de mise en location.

    À partir d’un outil numérique évolutif et personnalisable en fonction du logement (appartement, maison, copropriété, jardin, piscine…), il dresse une véritable check-list préalable à la location, vérifiant que le logement répond à tous les critères de : surface habitable, salubrité, décence, sécurité, confort et que toutes les obligations spécifiques et locales sont respectées (diagnostiques techniques, amiante, plomb, électricité, gaz, NF, Etat des risques et pollutions, DPE, loi ALUR…). Il élabore ce constat grâce à des constatations visuelles et la consultation des rapports d’expertise et diagnostiques.

    2/ Point sur l’état du bien et sa conformité

    Le commissaire de justice revient ensuite avec le propriétaire sur l’état de son bien, le conseille sur les éléments à corriger ou, en cas de manquement grave, exige la mise en conformité avant toute location.

    Le constat Legalpreuve de conformité locative est dressé et la signature visuelle peut être apposée sur les documents afin d’attester de la conformité du logement validée par officier public et ministériel. Cette certification va augmenter l’attractivité d’un bien sur le marché locatifrassurer les locataires sur la qualité du logement et faciliter le règlement d’un litige ultérieur avec le locataire.

    Lors de la signature du bail, le constat de conformité locative pourra être confirmé et combiné à un constat d’état des lieux d’entrée, réalisé avec le locataire.

    3/ Consultation juridique sur la rénovation énergétique du bien

    Enfin, le commissaire de justice va également accompagner le propriétaire et l’orienter dans les méandres de la réglementation en vigueur, en lui expliquant ses obligations mais aussi toutes les aides gouvernementales ou locales auxquelles il peut prétendre pour la rénovation énergétique et l’amélioration de son habitat. Près de 10 aides gouvernementales existent à cet effet et méritent l’accompagnement d’un juriste qui pourra établir celles auxquelles le logement, foyer, propriétaire, peut prétendre au cas par cas.

    Cette consultation juridique est essentielle lorsque l’on sait que depuis juillet la loi prévoit une interdiction progressive de mettre en location des logements mal notés, dit « passoires thermiques ». Dès 2025 les logements étiquetés G seront interdits à la mise en location, ceux notés F le seront dès 2028. Or, les logements F et G représentent 25% des logements en France. Les catégories E, F et G représentent à elles trois plus de la moitié des logements français, 54% exactement.

    Le 1er juillet 2022, les huissiers de justice et les commissaires-priseurs judiciaires, professions anciennes d’officiers publics et ministériels, se sont réinventés pour devenir commissaires de justice sous l’égide d’une nouvelle gouvernance ordinale commune. Établissement d’utilité publique et Ordre professionnel, la Chambre nationale des commissaires de justice est le seul organisme habilité à s’exprimer au nom de tous les commissaires de justice et à représenter officiellement l’ensemble de la profession auprès des pouvoirs publics.

    Dans l’actualité

  • La prospection immobilière peut-elle être plus performante ? Avec Patrick Benayoun, Président Leads2Keys

    La prospection immobilière peut-elle être plus performante ? Avec Patrick Benayoun, Président Leads2Keys

    Nous avons rendez-vous avec la proptech et Patrick Benayoun, Président de l’application Leads2keys et acteur du collectif Proptech-In, dans un épisode qui sent bon l’innovation mais aussi l’expérience. Patrick Benayoun est en effet l’ancien président d’un réseau parisien d’agences immobilières de transaction pendant 4 ans et un ancien conseiller en gestion de patrimoine spécialisé dans le financement immobilier. Il connaissait donc bien les métiers de l’immobilier et aussi celui de la transaction avant de créer Leads2Keys et Proptech-In. On l’écoute donc nous parler de prospection immobilière et des vertus de son application. 

    Leads2Keys : +20% de trafic de rendez-vous lié à son utilisation

    Pour avoir utilisé Leads2Keys dans des agences que je connais bien, on a effectivement un niveau de rendez-vous de +20% car on a mis dans l’application un système de notification et de relance. Il est donc très facile d’avoir une information qui vous revient spontanément, pour vous donner envie de faire quelque chose, soit d’appeler un client pour essayer de le convaincre davantage ou de lui apporter des éléments complémentaires.

    Patrick Benayoun, Président Leads2keys

    Leads2Keys est une application de prospection innovante reconnue par le label « Finance innovation 2019 ». C’est la première application de prospection immobilière géolocalisée 100% mobile, adaptée à tous les types d’organisation : agences indépendantes, groupes d’agences, réseaux franchisés, mandataires et indépendants.

    TARIFS : Mandataire ou indépendant seul : 59 euros/mois – Forfait agence pour 5 utilisateurs : 99 euros/mois – Frais de paramétrage ou de formation : 299 euros.

    PropTech-in

    PropTech-in est situé au 295 rue Saint-Jacques, 75005 PARIS et c’est :

    • Un showroom
    • Un studio d’enregistrement
    • Un espace de formation
    • Un espace de réunion
    • Un espace de Coworking
    • Un espace événementiel
    • Une domiciliation pour les entreprises
    • Une communauté
    • Un Think Tank

    Nous écrire pour s’abonner ou poser une question

    Découvrir notre émission La Maison de mes Rêves

    La maison c’est le centre de nos vies. Voilà pourquoi LES ONDES DE L’IMMO vous invitent aujourd’hui dans LA MAISON DE MES REVES. Ce podcast accueille au micro des entrepreneurs, des artistes ou des musiciens pour évoquer la maison de leurs rêves, qu’elle soit réelle ou imaginaire, actuelle ou en devenir. Ces créatifs de haut vol sauront vous inspirer. 

    Pour écouter ou s’abonner, cliquer sur l’image ci-dessous ou ici

    LA MAISON DE MES REVES

    ECOUTER AUSSI
    
    Comment adapter ses investissements immobiliers en 2023 ? Avec Jean-Luc Guitard, Directeur Général de Consultim
    
    La Maison de mes Rêves - avec le journaliste Bernard Poirette
    
    Sobriété énergétique, de quoi parle-t-on ? Avec Jean-Claude Bassien, Directeur Général Délégué Nexity
    
    

    Recevoir notre newsletter

  • La CDI-FNAIM lance une plateforme participative sur la carte D

    La CDI-FNAIM lance une plateforme participative sur la carte D

    Focus sur le lancement par la CDI-FNAIM d’une plateforme participative accessible à tous les diagnostiqueurs de France pour discuter du projet de création d’une carte D. Le communiqué de presse est reproduit ci-après.

    Une plateforme CDI-FNAIM accessible à tous les diagnostiqueurs de France

    Le 9 janvier 2023, la CDI-FNAIM met en ligne une plateforme participative accessible à tous les diagnostiqueurs de France. L’objectif est simple : mener collectivement une réflexion démocratique avec un appel à contributions afin de construire les contours de la carte D et ses implications. Plusieurs sujets très concrets seront lancés de manière hebdomadaire afin que chacun puisse apporter ses idées.

    Par exemple :

    • Quelles seront les garanties proposées par cette carte professionnelle, pour les particuliers comme pour les professionnels ?
    • Quels seront les prérequis pour obtenir la carte D ?
    • Comment fonctionnera l’autorité indépendance qui délivrera la carte D ?
    • Quelles seront les règles à respecter et les sanctions en cas de manquement au règlement ?

    Les sujets seront proposés sous la forme de conversation ouverte où chacun pourra exposer son point de vue. L’objectif est ainsi de créer un consensus pour permettre d’intégrer l’avis des diagnostiqueurs dans la création de la carte D.

    La CDI FNAIM souhaite également inclure à ce projet le règlement des prestations des diagnostiqueurs à la vente, c’est-à-dire chez le notaire, comme pour les agents immobiliers, avec une base tarifaire qui serait un pourcentage sur le prix de vente. Les diagnostiqueurs n’auront ainsi plus à gérer de longs processus de recouvrement de leurs factures, qui sont légion dans cette profession. Une question qui sera aussi débattue sur la plateforme.

    La filière souhaite rétablir la confiance, elle doit
    travailler sur la concrétisation d’un cadre réglementaire permettant de garantir les
    compétences et le savoir-faire du diagnostiqueur.

    Yannick Ainouche, Président CDI-FNAIM

    Rappel des propositions portées par la CDI-FNAIM

    • Encadrement des tarifs du DPE avec l’instauration d’un prix plancher en dessous duquel
      le DPE ne pourrait être vendu afin d’éviter la casse des prix qui entraîne inévitablement
      une détérioration de la qualité.
    • Un règlement chez le notaire au moment de la vente (si le client n’a toujours pas payé) pour
      éviter les impayés qui gangrènent la profession
    • Un système de certification davantage adapté à la filière pour les petites et les grandes
      entreprises : que les entrepreneurs du diagnostic aient désormais le choix entre la
      certification d’entreprise et la certification de personne.
    • La création d’une véritable branche professionnelle, avec la création d’une carte « D »
      délivrée par une autorité indépendante

    La CDI-FNAIM ou Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM

    Créée en juin 2007, la CDI FNAIM réunit près de 1600 professionnels spécialisés en diagnostics immobiliers. Leur adhésion à la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM garantit le respect des conditions d’exercice de l’activité de diagnostiqueur. La Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers FNAIM est affiliée à la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM), Union de syndicats professionnels, qui fédère plus près de 10 000 professionnels de l’immobilier, constituant ainsi la première organisation professionnelle du secteur en France. En tant que syndicat de confiance, la Chambre des diagnostiqueurs immobiliers FNAIM (CDI FNAIM) fédère des acteurs de toutes catégories : des professionnels indépendants, des TPE jusqu’à des entreprises de 400 opérateurs, et des réseaux de franchisés de diagnostic technique.


    Nous envoyer un message


    Dans l’actualité

  • Marché immobilier en Ile-de-France : Que s’est-il passé en 2022 ?

    Marché immobilier en Ile-de-France : Que s’est-il passé en 2022 ?

    Charles Marinakis et Century 21 ont communiqué cette semaine leurs données relatives au marché immobilier en Ile-de-France en 2022. 

    Dans l’actualité

    Nous écrire ou s’abonner

    Nouvelle émission : La Maison de mes Rêves

    La maison c’est le centre de nos vies. Voilà pourquoi LES ONDES DE L’IMMO vous invitent aujourd’hui dans LA MAISON DE MES REVES. Ce podcast accueille au micro des entrepreneurs, des artistes ou des musiciens pour évoquer la maison de leurs rêves. Qu’elle soit réelle ou imaginaire, actuelle ou en devenir. Ces créatifs de haut vol sauront vous inspirer. 

    Parmi les premiers invités, l’actrice Julie Depardieu, le chef David Rathgeber ou le journaliste Bernard Poirette.

    LA MAISON DE MES REVES

  • Comment adapter ses investissements immobiliers en 2023 ? Avec Jean-Luc Guitard, Directeur Général Consultim

    Comment adapter ses investissements immobiliers en 2023 ? Avec Jean-Luc Guitard, Directeur Général Consultim

    L’immobilier est une valeur refuge contre l’inflation. Ceci posé, il est nécessaire d’adopter une stratégie pour adapter ses investissements immobiliers. Bref de faire des choix éclairés en fonction des actifs immobiliers, qu’ils soient résidentiels, gérés, commerciaux ou tertiaires.

    Notre invité, Jean-Luc Guitard, Directeur Général de Consultim, nous aide à concevoir une stratégie d’adaptation de l’investissement immobilier. Essentielle dans le contexte inflationniste que nous connaissons. Il nous emmène au cœur des différents secteurs pour nous aider à mieux arbitrer en ce début d’année.

    Adapter ses investissements immobiliers en 2023

    « En conclusion, la résilience des différentes classes d’actifs immobiliers dans un contexte inflationniste va dépendre du poids des investisseurs institutionnels sur les différents marchés. Contrairement aux particuliers qui investissent sur des temps longs – nombre d’entre eux finançant leurs acquisitions à crédit ou étant engagés sur des dispositifs fiscaux – les institutionnels répliquent toute hausse des taux dans leurs exigences de rendement. Ils vont donc vraisemblablement arbitrer les surfaces commerciales et de bureaux les moins relatives, ce qui devrait conduire à un « repricing » de ces actifs et à l’émergence d’une nouvelle hiérarchie entre les locaux les plus qualitatifs et les autres.

    La hausse des taux d’intérêt et les difficultés d’accès au financement immobilier – entre les exigences du HCSF et un taux d’usure décorrélé des taux de marché) pourraient aussi favoriser une baisse de la valeur des logements.

    La difficulté de financement et la baisse de production en résidentiel va recentrer une partie des demandes de logement vers l’offre locative. Le pricing power dans un marché ainsi orienté sera dans les mains du bailleur.

    Dans un contexte d’évolution contrasté, l’immobilier géré fait figure d’exception avec des secteurs d’activité (tourisme, étudiants et séniors) porteurs et une pérennité des revenus. De plus, la fiscalité des BIC, découlant de l’acquisition d’une résidence gérée et de l’accès au statut de loueur en meublé permet, notamment par mécanisme d’investissements, de neutraliser durablement sa fiscalité personnelle. »

    — Jean-Luc Guitard, Directeur Général de Consultim Groupe

    Pour nous écrire ou s’abonner

    Dans l’actualité

    Ecouter La Maison de mes Rêves

    Cliquer sur l’image ci-dessous pour écouter ou s’abonner, ou les deux.

    LA MAISON DE MES REVES

    Recevoir la newsletter des Ondes de l’Immo gratuitement

  • Quelles sont les villes où les loyers ont le plus augmenté en 2022 ?

    Quelles sont les villes où les loyers ont le plus augmenté en 2022 ?

    En ce début d’année 2023, l’équipe scientifique de SeLoger révèle les villes où les loyers ont le plus augmenté en 2022. Le résultat de l’enquête est reproduit ci-après.

    En 2022, des hausses de loyer supérieures à +3,5% dans la moitié des plus grandes métropole

    Si les grandes villes sont les cibles principales des diverses mesures protectionnistes du gouvernement, elles observent néanmoins des loyers en hausse, +3% en moyenne en 1 an pour les dix plus grandes villes françaises – hors Paris. 

    Cinq grandes villes sortent du lot, affichant des hausses supérieures à +3,5%, c’est-à-dire supérieures à la dernière évolution annuelle de l’indice de référence des loyers(IRL), établi en octobre dernier.

    • Rennes observe des loyers en hausse de +5,1% en 1 an (meublés et non meublés confondus). Le loyer au mètre carré moyen pour un appartement meublé s’y élève désormais à 16,50€. 
    • A Nice, les loyers ont augmenté de +4,8% en 1 an : une augmentation tirée par les appartements meublés avec +5,6% en 1 an à 20,2€/m² vs 3,6% pour les non meublés (18,1€/m²). 
    • Les loyers à Marseille ont également augmenté de +4,8% en 1 an. Les appartements meublés s’y louent désormais à 17,8€ le mètre carré en moyenne.
    • Enfin, Strasbourg et Toulouse observent des hausses de loyers respectives de +4,2% et +3,7% en 1 an. 

    “L’attractivité du marché immobilier global impacte le marché locatif, Marseille illustre bien ce phénomène. La cité phocéenne a longtemps présenté des prix particulièrement attractifs et se trouve actuellement en plein phénomène de rattrapage. En l’espace de 2 ans, les prix de l’immobilier y ont grimpé de +25,3%, et les loyers de +6,3% sur la même période, ce qui peut représenter un surplus de plus de 215€ par an sur la location annuelle d’un appartement meublé de 20m². L’encadrement des loyers à venir dans les prochains mois vise justement à protéger les locataires dans cette tendance haussière.“

    Thomas Lefebvre, Directeur scientifique de SeLoger. 

    La hausse des loyers n’épargne pas les villes moyennes

    Outre les dix plus grandes villes de France, la hausse des loyers est également visible sur plusieurs villes de taille moyenne, faisant partie des 50 plus grandes villes françaises. La ville de Mérignac, limitrophe de Bordeaux, observe ainsi une hausse de loyers de près de +8% en 1 an. Une tendance qui subsiste puisque les loyers ont augmenté de +4,1% sur les trois derniers mois, dépassant le plafond d’augmentation légal instauré en octobre dernier. 

    La hausse des loyers se remarque également dans les territoires parmi les plus attractifs de France. Ainsi, le dynamisme du marché breton (+6% sur les prix de l’immobilier en Bretagne en 1 an) se répercute sur les loyers de la ville de Quimper (+4,6% en 1 an, pour atteindre +10,7% en 2 ans), où les loyers demeurent parmi les plus attractifs de France (11,2€/m² pour un appartement meublé, soit plus de 3 fois moins cher que les montants parisiens).

    Paris, Lyon, Bordeaux… Quelles tendances dans les villes concernées par l’encadrement des loyers ? 

    A Paris, alors que les prix de l’immobilier ont baissé de -1,2% en 1 an,  les loyers ont eux continué leur ascension, avec +1,8% en 1 an. Le loyer moyen pour un meublé s’élève désormais à 34€/m² dans la capitale, soit 680€ en moyenne pour un 20m². 

    “Dans la capitale, un nombre important de biens sont toujours proposés sur le marché avec des loyers qui ne respectent pas l’encadrement des loyers, quatre ans après sa mise en place. A partir de janvier, une nouvelle version du dispositif permettra à la mairie de Paris de sanctionner directement les bailleurs en infraction. Il sera intéressant d’analyser si cette nouvelle méthode permettra de changer la donne. » ajoute Thomas Lefebvre.

    Le constat est bien différent pour les villes de Lyon et Bordeaux, également concernées par l’encadrement des loyers. A Lyon, les loyers connaissent ainsi une hausse modérée, contenue à +0,4% en 1 an. Les appartements non meublés voient le montant de leur loyer chuter de -3,4% en 1 an et de -5,3% en 2 ans, depuis la mise en place du dispositif.  Dans la ville de Bordeaux, les loyers sont en légère baisse : -0,8% en 1 an. Une tendance imputable à la dynamique générale du marché local, la capitale du Sud-Ouest observant une baisse de ses prix immobiliers de -2,9% en moyenne sur l’année 2022, soit la plus forte baisse de l’Hexagone. 

    Interdiction de relocation pour la catégorie G+ : quels sont les territoires les plus concernés ?

    Ce début d’année 2023 sonne l’interdiction aux propriétaires bailleurs de conclure un nouveau contrat de location pour les habitations catégorisées G+, soit celles consommant plus de 450kWh/m²/an d’énergie finale. Au total en France, ce sont plus de 500 000 biens qui sont concernés par la mesure. Les territoires les plus affectés par cette première application de la loi Climat sont ceux où l’on retrouve la plus forte concentration de locataires et le plus grand nombre de logements classés G+, c’est-à-dire Paris, la Seine Saint Denis et les Hauts de Seine. 

    A court terme, c’est l’ensemble des passoires thermiques qui seront visées par le gouvernement avec les interdictions progressives de location des DPE G, F et même E, à l’horizon 2034.

    Chiffres prix et indices SeLoger au 1er janvier 2023.


    Dans l’actualité

  • Century 21 appelle à modifier les prismes d’observation du marché

    Century 21 appelle à modifier les prismes d’observation du marché

    Qu’avons-nous appris en 2022 ? La question est posée par Century 21 à l’occasion de sa conférence de presse. Elle est à propos et constitue une prise de position bienvenue. Century 21, revient sur l’année 2022 et conclut à la nécessité de modifier les prismes d’observation du marché. Pourquoi ? Pour évoquer le marché immobilier en des termes plus précis et plus réalistes. Enfin ? Oui. Et pas de commentaires là-dessus. On se contentera d’applaudir d’autant que l’appel rend, par la même occasion, aux agents immobiliers l’apanage de leur métier. L’agent immobilier, le vrai, connaît son quartier, sa ville et son territoire jusque dans la moindre ruelle et impasse. Il n’est sûrement pas un moteur d’évaluation, un ipad avec deux jambes.

    Bref, Century 21 comme d’autres groupes et syndicats, note le retournement du marché immobilier en 2022. Une première depuis 10 ans, sur un marché qui n’avait fait que croître sur l’ensemble de ses paramètres. Il n’y a là aucune véritable information déroutante, si ce n’est que le mot « retournement » semble encore un poil trop fort pour évoquer la nouvelle situation. 

    Zoom temporel, spatial et une bonne vieille loi qui s’applique encore

    La vraie information est ailleurs. En effet, l’évolution récente du marché appelle désormais à observer le marché via un zoom plus fin. Un zoom, nous dit Century 21, qui s’applique sur trois plans. 

    Le zoom temporel tout d’abord. Il appelle à observer les marchés immobiliers mois par mois au cours d’une même année. La preuve ou les preuves en 2022 ? Un retournement du marché en juin/juillet mais aussi le constat de prix de décembre inférieurs à ceux de janvier 2022. 

    Zoom temporel d’un côté, zoom spatial de l’autre. On le sait, l’observation des prix au m2 en France ne permet plus de distinguer avec intelligence et véracité les disparités entre régions, départements et villes. Oui, il y a des marchés de l’immobilier et non pas un marché de l’immobilier. C’est bien de le dire et d’appeler les observateurs à quitter leurs vieilles habitudes. 

    Reste enfin une bonne vieille loi qu’on remet sur l’établi de l’observatoire : celle de l’offre et de la demande. Après 10 ans de hausses successives, on aurait pu croire que cette règle ne faisait plus la loi. C’est très faux et comme le rappelle Century 21 : « quand c’est trop cher… C’est trop cher et les acheteurs ne pourront plus acheter. »

    Bref, l’année 2022 a été marquée par un « retournement » du marché à compter de l’été nous dit Century 21. Une évolution sensible, causée par de multiples facteurs, mais dont le principal effet est de conduire chacun à modifier ses habitudes d’observation et à zoomer. Et puis aussi à rappeler à chacun que l’agent immobilier est un homme de terrain, un professionnel du logement sur un territoire donné. 


    La nécessaire modification des prismes d’observation du marché de l’immobilier

    Extrait du communiqué de presse Century 21 du 3 janvier 2023.

    Le retournement du marché est une première depuis près de 10 ans, sur un marché qui n’avait fait que croître sur l’ensemble de ses paramètres.

    Au-delà de cet aspect, l’année 2022, première année pleine sans le stress du COVID, est riche d’enseignement et aura mis en évidence 3 phénomènes qui perdureront dans nos techniques d’analyse du marché de l’immobilier.

    L’échelle du temps

    La simple lecture du temps sur une moyenne annuelle semble devenir insuffisante pour l’observation des phénomènes du marché.

    Pour exemple, la courbe de l’évolution du prix en m2 en France, que ce soit des maisons ou des appartements; ne donne qu’une information : les prix augmentent et sont au plus haut. C’est vrai, mais seulement sur une partie de l’année 2022 et une observation plus fine permet de constater le retournement en juin/juillet mais également que le prix de décembre 2022 est inférieur au prix de janvier 2022. Il deviendra donc indispensable d’analyser les marchés mois par mois au cours de la même année.

    L’échelle de l’espace

    L’observation d’un prix au m2 en France ne permet plus de distinguer les disparités entre les différentes régions / départements / villes. C’était sans doue déjà le cas avant, mais l’effet COVID a amplifié ce phénomène et les régions n’en ont pas bénéficié de la même manière. Si on veut observer les variations réelles de marché, il faudra désormais parler « des marchés de l’immobilier » et non plus « du marché de l’immobilier » !

    La loi de l’offre et de la demande

    Elle reste la règle absolue de régulation du marché de l’immobilier et plus encore des marchés de l’immobilier !

    Nous aurions pu penser, avec les hausses successives des 10 dernières années, que ce régulateur n’était plus le facteur essentiel du marché, ce n’est pas le cas !

    Quand c’est trop cher…. c’est trop cher et les acheteurs ne pourront plus acheter.

    Dans l’actualité

  • Les français, l’inflation et l’immobilier

    Les français, l’inflation et l’immobilier

    C’est une étude d’Opinion Way menée pour le réseau Laforêt en décembre 2022 que nous sommes heureux de porter à votre attention. Intitulée « Les français, l‘inflation et l’immobilier », elle pointe notamment la peur des français de voir en 2023 les prix de l’immobilier augmenter de façon significative.

    Les français, l’inflation et l’immobilier : retrouvez le sondage Opinion Way pour le réseau Laforêt

    On retient les points suivants

    • Les français redoutent de manière unanime une nouvelle hausse des prix de l’immobilier en 2023. 66% de ces français pensent que les prix vont augmenter de manière importante avec une augmentation supérieure à 4%. 25% des français pensent que les prix vont continuer à augmenter de façon modérée. (Avec une augmentation entre 1% et 3%.)
    • Les français expriment une crainte quant à une hausse des taux d’intérêts. Ainsi, 73% des français annoncent qu’ils remettraient en question un éventuel projet immobilier si la hausse des taux dépassait les 2 %. 
    • La pierre reste un investissement favori pour 33% des français. Ceux-ci annoncent dans ce sondage que l’immobilier locatif, neuf ou ancien, reste pour eux un placement anticipé comme rentable. 
    • Malgré l’inflation, de nombreux jeunes restent optimistes. Même si près de quatre jeunes sur cinq anticipent une hausse des prix en 2023, cela ne freine pas leur désir de devenir propriétaires. Ils continuent d’ailleurs de croire massivement dans l’intérêt des investissements immobiliers.

    Nous écrire

    Pour s’abonner ou nous envoyer un message, remplissez le formulaire ci-dessous.

    Egalement sur Les Ondes de l’Immo

  • Etre propriétaire au Liban : une infinie complexité

    Etre propriétaire au Liban : une infinie complexité

    L’entretien que nous vous présentons est passionnant à bien des égards. Le Liban, en proie à une grave crise économique, financière et politique, emmène dans son sillage de difficultés le sort de familles entières vivant en France. Des familles prises au piège de situations juridiques, fiscales et bancaires d’une infinie complexité lorsque vient le moment d’hériter, de gérer ou de vendre un bien immobilier situé au Liban.

    Avec nous pour en parler, Farid Aractingi qui est Secrétaire Général de la Chambre de Commerce Franco-Libanaise et Antoine Le Roux, Notaire à Paris, expert pour le Liban auprès de la Commission Internationale de la Chambre des Notaires de Paris et représentant de la Chambre des Notaires de Paris au sein de la chambre de commerce franco-libanaise. 

    Etre propriétaire au Liban : Nos invités

    Antoine Le Roux, notaire

    Antoine Le Roux

    Exerçant dans le notariat depuis 2007, titulaire du Master 2 de droit Notarial et du Diplôme Supérieur du Notariat délivrés par l’Université Panthéon-Assas Paris II, Maître Antoine LE ROUX accompagne une clientèle de particuliers et de professionnels dans la constitution et la transmission de leur patrimoine privé et/ou professionnel.

    Fort d’une expertise en droit patrimonial de la famille et en droit immobilier, il apporte à sa clientèle une approche globale de la transmission du patrimoine familial ou professionnel en proposant à sa clientèle de faire un point patrimonial à l’occasion de chaque opération juridique.

    C’est également dans cette logique de service global et d’accompagnement (de « guichet unique »), que Maître Antoine LE ROUX pratique la négociation immobilière et accompagne depuis plusieurs années ses clients dans la vente de leurs biens immobiliers.

    Ayant également un goût prononcé pour le droit international privé et un fort attachement avec le Liban, il a approfondi sa connaissance du droit successoral libanais et conseille une clientèle franco libanaise, ayant des intérêts en FRANCE et/ou au LIBAN sur la transmission de leur patrimoine mondial. Il s’appuie pour cela sur un réseau de professionnels du droit au Liban afin d’assurer l’exécution et l’efficacité des solutions préconisées.

    Maître Antoine LE ROUX a rejoint la Commission des Affaires Internationales de la Chambre des Notaires de Paris en qualité d’Expert pour le LIBAN. Il représente la Chambre des Notaires de Paris au sein de la Chambre de Commerce Franco-Libanaise (CCFL) et de la Chambre de Commerce et de l’Industrie France Liban (CCIFL anciennement MEREF).

    Mélomane et chanteur accompli, Maître Antoine LE ROUX a également été amené à se produire en FRANCE et à l’étranger. Maître Antoine LE ROUX accompagne sa clientèle étrangère non francophone en anglais.


    Farid Aractingi, Secrétaire Général de la CCFL

    Farid Aractingi est Secrétaire Général de la CCFL (Chambre de Commerce Franco-Libanaise).

    Farid Aractingi

    Après une carrière internationale entre informatique et audit, Farid Aractingi a élargi ses fonctions à la gouvernance d’entreprise, comme administrateur indépendant. Il a par exemple présidé le Comité d’audit de RCI Bank & Services, établissement financier régulé par la BCE et filiale de Renault, et celui du Groupe Fattal, entreprise familiale, importateur et distributeur de produits de grande diffusion dans la région MENA depuis plus de 120 ans. Il a également dirigé l’Audit, la Maîtrise des risques et l’Organisation de Renault, après avoir contribué à la réorganisation du groupe et de sa structure de gouvernance.

    En parallèle, il a présidé Renault-Nissan Consulting, cabinet de conseil spécialisé dans l’excellence opérationnelle, avec un CA profitable de 50 M€. Dans ce cadre, Farid Aractingi a été impliqué dans les principaux programmes de transformation de Renault. Il a en particulier conduit le programme de performance 2012-2014, focalisé sur la profitabilité de l’entreprise. En 2016-2017, il a conçu le projet Renault Digital qui s’est élargi en 2018 au programme Agile « à l’échelle ».

    Liban

    Dans l’actualité

  • Minute management avec François Gagnon

    Minute management avec François Gagnon

    Est-ce qu’il faut avoir de grandes idées pour réussir son management ? Et puis au fond qu’est-ce que veut dire ‘être un bon manager’ ? Et que fait-on quand on a l’impression de ne pas être suivi ? Voici quelques-unes des questions posées à François Gagnon, Président France et Europe de Era Immobilier. 


    ECOUTER AUSSI : Sobriété énergétique, de quoi parle-t-on ? Avec Jean-Claude Bassien, Directeur Général Délégué Nexity

    S’abonner, ou nous envoyer un message

    Nouvelle émission : La Maison de mes Rêves

    LA MAISON DE MES REVES

    La maison c’est le centre de nos vies. Voilà pourquoi LES ONDES DE L’IMMO vous invitent aujourd’hui dans LA MAISON DE MES REVES. Ce podcast accueille au micro des entrepreneurs, des artistes ou des musiciens pour évoquer la maison de leurs rêves, qu’elle soit réelle ou imaginaire, actuelle ou en devenir. Ces créatifs de haut vol sauront vous inspirer. 

    LA MAISON DE MES REVES est une émission proposée par LES ONDES DE L’IMMO. Elle est présentée par Anne-Sandrine DI GIROLAMO.


    Dans l’actualité