maisons marché

Les maisons affolent le marché mais …

Les maisons affolent le marché mais l’accalmie est proche.

De retour de la conférence de presse de Century 21, voici en bref les tendances du marché de l’immobilier de l’ancien, telles qu’énoncées par Charles Marinakis, désormais Président du Century 21 France. Un Président qui alerte sur l’accalmie à venir du marché, qu’elle soit souhaitable ou souhaitée.


Ecouter aussi : Inflation et immobilier, mariage heureux ? Avec William Nahum, ancien Président de l’Ordre des Experts-Comptables et expert judiciaire près la Cour de cassation

Nul doute qu’avec une inflation à 5,2% à date, la question du pouvoir d’achat va devenir cruciale pour la très grande majorité des ménages, et le reste-à-vivre le point d’achoppement quand il s’agira de souscrire un emprunt auprès des établissements bancaires. Cela risque de peser lourdement sur le dynamisme du marché dans les prochains mois et devrait entraîner une nette décélération de la hausse des prix immobiliers. Auquel cas, ce sont de bonnes nouvelles car cette accalmie sur les prix est souhaitée et souhaitable.

Charles Marinakis, Président Century 21 France

En bref : Record des prix au m2 dans l’immobilier ancien : les maisons affolent le marché !

En France, ce sont les maisons qui sont les plus prisées et de plus en plus chères

  • Une hausse des prix particulièrement forte entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2022.
  • Un record historique des prix. 2552 euros le m2 en moyenne pour les maisons et 4061 euros le m2 pour les appartements.
  • Une hausse forte : +10% pour les maisons et +7,4% pour les appartements.
  • Les montants d’acquisition n’ont jamais été aussi élevés : 290 654 euros pour les maisons et 240 961 euros pour les appartements.

Conséquence : le nombre de transactions recule sur le segment des maisons (-7,9%) et ne progresse que très légèrement sur celui des appartements (+1,7%).

En régions : Les maisons et le marché progressent

  • Les maisons sont les grandes gagnantes
  • Les prix progressent le plus vite sur 1 an en région PACA : +15,5% pour les maisons (4270 euros le m2) et +10% pour les appartements (4508 euros le m2)
  • Des hausses relativement modérées dans d’autres régions : par exemple en Auvergne-Rhône-Alpes et en Bourgogne-Franche-Comté (Entre +7 et +7,3% pour les maisons et entre + 4,7 et +5,3% pour les appartements).

En bref, les écarts entre les régions se creusent davantage.

A Paris, les prix sont stables sur 12 mois

  • Les prix sont stables sur 12 mois : +0,1% entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2022. Ils reculent légèrement sur le 1er semestre 2022.
  • Le prix au m2 est de 10 299 euros en moyenne. Il demeure plus élevé que celui de 2019.
  • Les montants d’acquisition restent importants : 535 480 euros en moyenne pour un appartement parisien d’une superficie de 52 m2 environ.
  • Un rééquilibrage d’un marché qui ne s’est pas enflammé mais qui reste dynamique. Le nombre de ventes a progressé de 17,3% sur 12 mois, l’activité au 1er semestre 2022 est particulièrement soutenue.

Attention : Les délais de vente s’allongent sur 12 mois. 78 jours (soit le niveau le plus élevé jamais constaté à Paris. En 2011, les délais de vente étaient de 44 jours.

En Ile-de-france, l’achat chlorophylle a permis un nouveau record du prix des maisons, mais pas de façon uniforme

  • Le prix des maisons franciliennes a continué de progresser fortement entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2022 (+9,1%). C’est un nouveau record à 3736 euros le m2 en moyenne.
  • Le montant moyen d’acquisition d’une maison atteint des sommets jamais égalés : 424 473 euros (+9,8% sur 12 mois). Le nombre de transactions a reculé de -10,6% sur 1 an.
  • Le marché des appartements est stable depuis 1 an (4622 euros le m2) avec des délais de vente qui se sont rallongés de 7 jours (73 jours en moyenne) et l’activité ralentit plus modérément (-5,3% entre le 1er semestre 2021 et le 1er semestre 2022).

Des contrastes existent entre les départements d’Ile-de-france. Il y a en effet les départements où les prix des maisons sont déjà élevés comme les Hauts de Seine et qui subissent donc un léger recul. Et il y a les départements comme la Seine et Marne dont les prix ont fortement augmenté (+14%).

Le marché de la maison en Ile-de-France risque de ralentir : prix de l’énergie et du carburant obligent, et puis aussi peut-être parce que ceux qui rêvaient de quitter Paris l’ont fait. 

Une réflexion sur “Les maisons affolent le marché mais …

Laisser un commentaire