Loïc Cantin

Loïc Cantin imprime sa marque au Congrès FNAIM

Un premier discours de mandat c’est important. Que dire quand ce discours se place dans une période où les questions et les inquiétudes sont légions. Celles des français et celles des professionnels de l’immobilier, confrontés ensemble à une crise du logement gravissime et à une crise économique qu’on annonce peut-être difficile. Dans cet entretien enregistré à l’occasion du Congrès et Salon de l’Immobilier FNAIM 2022Loïc Cantin, Président de la FNAIM, revient sur quelques-unes des propositions annoncées dans son premier discours de Président. 


ECOUTER AUSSI : Financer la rénovation énergétique en copropriété - Zoom sur le cautionnement - Avec Pierre Evrard (FNAIM)

Discours de Loïc Cantin au Congrès FNAIM 2022 : extrait

 » (…) Enfin, Mesdames et Messieurs, mes chers collègues, je voudrais aborder ici un dernier sujet en évoquant la Loi Hoguet qui réglemente nos professions. Vous le savez, notre modèle est singulier et il est regardé par de nombreux autres pays en Europe. Et je souhaitais vous faire part de l’attachement profond de notre profession à ce texte fondateur daté du 2 janvier 1970.

Pourquoi ? Car ce texte, c’est le socle des professions immobilières. Et pour rester fidèle à son esprit, il doit fixer les obligations de notre métier, mais aussi les conditions d’aptitude requises pour l’exercer.

Nos clients veulent pouvoir s’appuyer sur des professionnels formés. Il veulent chaque jour des services adaptés et fiables et des professionnels compétents et expérimentés pour les accompagner. La loi ALUR avait prévu l’organisation d’une formation initiale minimum pour tous les collaborateurs de nos entreprises, salariés et non-salariés. Nous attendons le décret correspondant depuis huit ans…. Est-ce à dire que le consommateur peut attendre huit ans, bientôt neuf, pour que cette disposition trouve à s’appliquer ?

Et notre profession souhaite aller encore plus loin dans cette qualité de service pour nourrir la relation de confiance avec nos clients !

Il faut pour cela des professionnels exemplaires. Et nos entreprises souhaitent disposer d’un dispositif de contrôle et d’encadrement de nos professions. La loi Elan a sauvé in extremis une commission de contrôle qui n’a toujours pas été mise en place. Il faut aller plus loin et doter notre profession, à défaut de structure ordinale, d’un dispositif d’encadrement et de contrôle adéquat. (…) »


Ecouter aussi sur LES ONDES DE L’IMMO


2 réflexions sur “Loïc Cantin imprime sa marque au Congrès FNAIM

Laisser un commentaire