vis ma vie de syndic

Vis ma vie de syndic – Avec Gilles Frémont, syndic et président ANGC

On commence avec quelques titres de chapitres. « La fuite du vendredi », classique. « Ma galaxie syndic », c’est dire. « L’AG bourgeoise », tiens un peu de piquant. « La pipe du WC », mais de quoi parle-t-il ? Voici Gilles Frémont, syndic et Président fondateur de l’ANGC, venu au micro des ONDES DE L’IMMO partager la passion pour son métier, racontée et incarnée avec brio dans son livre Vis ma vie de syndic, paru aux éditions Edilaix.  


ECOUTER AUSSI : Quel avenir pour le syndic traditionnel ? Avec Karine Olivier, DG Pôle Services aux Particuliers, Nexity Services

vis ma vie de syndic

Vis ma vie de syndic – Gilles Frémont

La chronique de Gilles Frémont, tant protagoniste que spectateur des scènes qui se jouent sur son théatre de la copropriété, n’est donc rien de moins que l’histoire d’un rapport aux pouvoirs, à la propriété, à l’argent et aux personnes !

Pierre-Edouard Lagraulet, avocat, préface

Vis ma vie de syndic : Extrait

La fuite du vendredi

Bientôt 18 heures, c’est la fin de semaine. Le standard va fermer, je range mon bureau et j’enfile mon manteau, l’ordinateur finit de s’éteindre. Ça sent bon le week-end, mes pensées sont déjà ailleurs. À cet instant, le téléphone sonne comme un cri strident. Je le fixe du regard, j’hésite à décrocher. Est-ce la fuite du vendredi ? Ma conscience professionnelle me fait tendre le bras, fébrilement …

– « Bonjour Monsieur le syndic, c’est la dame du 2e, il pleut chez moi, c’est catastrophique, qu’est-ce qu’on fait ? ».
Et voilà j’en étais sûr. Je rallume l’ordinateur, j’enlève le manteau.
– « Ça fuit comment Madame ? Un goutte-à-goutte ou en continu ? De l’eau claire ou de l’eau sale ? Ça fuit où ? Au plafond ? Êtes-vous allée voir votre voisin du dessus ? ».

Les réponses sont confuses et désordonnées, mais je comprends tour à tour, que le propriétaire du dessus n’habite pas l’immeuble, que je n’ai pas les coordonnées de son locataire, que la vanne d’arrêt est dans son appartement fermé à double tour, que ça fuyait depuis hier, et qu’on a attendu ce soir pour m’appeler. La totale.

Ça commence à perler sur le front, mais pas de panique, on gère. Un coup de fil au propriétaire du dessus, pas de réponse évidemment. Je lui envoie un mail, un peu comme on jette une bouteille à la mer. J’espère que son locataire n’a pas fait un malaise dans sa baignoire ?

Je rappelle Madame et tente d’une voix apaisée de la rassurer : – « Ne vous inquiétez pas, on va trouver une solution, mettez un seau d’eau déjà ». (…)

La suite dans Vis ma vie de syndic – Par Gilles Frémont – Chronique publiée dans Informations rapides de la copropriété n° 645 Janvier / Février 2019


ECOUTER AUSSI : L'éco-rénovation au coeur du congrès FNAIM - Avec Benoît Fauchard, secrétaire général FNAIM

Aussi sur LES ONDES DE L’IMMO

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire