biens à vendre en France

Y a-t-il suffisamment de biens à vendre en France ?

Y a-t-il suffisamment de biens à vendre en France ? Alors que toute l’attention est portée sur la capacité des acheteurs à surmonter les hausses consécutives du taux d’intérêt, l’équipe scientifique de SeLoger a étudié l’évolution du nombre de biens à vendre en France, depuis 2018. Si une pénurie de biens à vendre en France se fait ressentir dans sa globalité, le marché français abrite cependant des réalités très différentes selon les villes, en lien avec la nouvelle géographie immobilière post-Covid.. (Via un communiqué SeLoger).

Biens à vendre en France ? Un contexte global de pénurie, surtout pour les maisons

Plusieurs facteurs peuvent l’expliquer. Les conditions exceptionnelles de crédit ces dernières années qui ont boosté la demande immobilière. La crise sanitaire qui a poussé les Français à se réfugier dans la valeur “pierre », à déménager ou à investir dans des résidences semi-principales et secondaire. Le constat est net. Il existe une pénurie de l’offre, c’est-à-dire du nombre de biens à vendre, en France.

Cette réalité est vraie quel que soit le type de biens, mais elle est encore plus forte pour les maisons. En 4 ans (vs 2018), le stock d’annonces de maisons en vente a chuté de moitié (-54%), et de -28% pour les appartements. Et depuis le 1er confinement en 2020, le stock de maisons à vendre s’est véritablement effondré. Au niveau France, cette pénurie se stabilise depuis près d’un an. Toutefois le niveau de biens en vente reste globalement très bas sur le marché français.

La pénurie de l’offre ne concerne pas tous les marchés

La pénurie est exacerbée dans le monde rural avec des stocks divisés par deux depuis 2018. Dans certains marchés plus urbains comme dans le Top 10 et le Top 50, les stocks se reconstituent petit à petit. A l’autre extrémité du spectre, le marché parisien est dans une situation de sur-offre. (Avec des stocks au plus haut par rapport aux 4 dernières années.)

Des dynamiques différentes sont constatées dans les 51 plus grandes villes de France

Une forte pénurie qui touche la majeure partie des grandes métropoles. Soit 30 villes à l’image de Marseille , Montpellier ou Grenoble.

Une légère pénurie qui concerne 13 villes dont Nice, Rennes, Lille et Strasbourg.

Une légère sur-offre comme c’est le cas à Toulouse, Bordeaux, Nantes et Angers.

Une forte sur-offre à Paris, Lyon, Villeurbanne et Mérignac.

Le niveau de l’offre disponible à Paris est à l’extrémité de celui constaté à Marseille. Ces deux villes sont emblématiques de deux réalités post-Covid très différentes. D’un côté, la Capitale a perdu en attractivité avec des biens à vendre qui s’accumulent, dont le stock a doublé depuis le début de la pandémie. De l’autre côté, la situation de forte pénurie constatée à Marseille. (Avec un stock de biens réduit de moitié depuis 2018 – Marseille démontre que l’attrait post-Covid des Français pour un meilleur cadre de vie ne faiblit pas.)

Quel impact sur les prix ?

Comment le nombre de biens à vendre impacte-t-il le marché immobilier et la dynamique des prix ? “S’il apparaît évident que la remontée des taux devrait induire une probable baisse de la demande dans les prochains mois, la situation de pénurie de biens à vendre, constatée au niveau global, devrait amortir un potentiel ralentissement des prix” explique Barbara Castillo Rico, Responsable des études économiques pour SeLoger.

Ceci devrait être particulièrement vrai pour les marchés devenus attractifs avec la “nouvelle” géographie immobilière qui s’est dessinée post-Covid : à savoir le monde rural et la plupart des villes moyennes. A l’inverse, les marchés en sur-offre (Paris notamment) sont des marchés très vulnérables qui ne seront  pas épargnés par la baisse de la demande et verront certainement leur prix reculer.

Etude publiée par SeLoger.
Méthodologie : Indices de suivi de l’évolution du stock de biens à vendre, de 2018 à 2022, pour l’ensemble des marchés français, à partir des annonces publiées sur SeLoger.


Administrateur de biens Agent immobilier Architecture Art de vivre Artisanat Artisanat d'art Bas carbone Bâtiment Communication Copropriété Crédit Design Décoration Ecologie Economies d'énergie Energie Financement Fiscal Fiscalité Formation Fêtes Gestion locative Immobilier de bureau International Investissement Juridique Lieux d'exception Logement social Management Marché immobilier mobilier Métiers Photographie Politique du logement Proptech Prospective Rénovation énergétique Silver Economie Syndic Technologies Transition écologique Urbanisme Viager Voyages


Sur les Ondes de l’Immo également

  • Financer la rénovation énergétique en copropriété – Zoom sur le cautionnement – avec Pierre Evrard
    Avec nous Pierre Evrard, Spécialiste Développement durable et rénovation énergétique à la FNAIM, pour évoquer une solution possible financer la rénovation énergétique en copropriété, une solution proposée par Atradius.
  • Agent immobilier en Grèce – Avec Patrick Tkatschenko
    La Grèce est invitée d’honneur cette année au congrès et salon de l’immobilier FNAIM les 5 et 6 décembre. L’occasion pour nous d’inviter Patrick Tkatschenko, agent immobilier en Grèce et élu au conseil d’administration de la Chambre Immobilière d’Athènes et Attique. Ce syndicat regroupe plus de la moitié des agents immobiliers du pays. Avec notre invité, on fait le point sur la législation socle d’exercice du métier d’agent immobilier. Nous voyons aussi selon quel processus une transaction en Grèce se fait. Et enfin quel est l’état du marché. Car oui, acheter une maison en Grèce fait rêver de plus en plus de français.
  • Immobilier : le pouvoir locatif des français est-il menacé ? Analyse SeLoger
    Dans un contexte de limitation des possibilités d’accession à la propriété, SeLoger publie une analyse sur le pouvoir locatif des français. (Une étude menée sur les vingt dernières années.)
  • Julie Depardieu – LA MAISON DE MES REVES
    Julie Depardieu dans LA MAISON DE MES REVES ? Où l’on apprend que l’actrice aime les défauts, préfère ne pas déranger les souris et…
  • La marché immobilier résiste malgré des vents contraires selon la FNAIM
    Selon la FNAIM, dans une note de conjoncture publiée le 22 novembre 2022, le marché immobilier résiste et garde le cap, malgré les difficultés liées à la hausse des taux, un environnement économique et géopolitique incertain, l’inflation et une baisse du pouvoir d’achat des ménages. Le marché opère un retour à la normale après l’année 2021 record. Pour 2023, la FNAIM préconise de surveiller « la …
  • Sky is the limit, par Stéphane Fritz, Président Guy Hoquet
    Avec Stéphane Fritz, Président de Guy Hoquet, nous avons parlé avenir et formation des agents immobiliers. Un sujet essentiel pour cet homme sensible et ouvert à toutes les questions, même celle qui concernent ses activités du week-end. Voici donc un entretien que nous sommes très heureux de vous proposer, notamment parce qu’il constitue un témoignage sincère de ce qu’apprendre et se remettre en question est toujours possible. 
  • Le quotidien d’une attachée de presse raconté par Hortense Bozetti, Emile Garcin Propriétés
    Hortense Bozetti est l’attachée de presse de la maison Emile Garcin. On la connait bien sur les réseaux et ailleurs dans le secteur immobilier. Rayonnement, sourire, dynamisme font partie de ses plus belles qualités. Après l’avoir croisée au RENT, nous l’avons invitée afin qu’elle nous raconte son quotidien. Un travail de long terme fait de liens qu’elle tisse jour après jour entre son groupe et …
  • Taxe foncière : des situations alarmantes – Avec Christophe Demerson, Président UNPI
    Christophe Demerson, Président de l’Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI) est venu au micro des ONDES DE L’IMMO évoquer l’épineuse question de la hausse de la taxe foncière en France cette année. Il se fait le porte-parole de bien des propriétaires français en peine face à la charge fiscale, et partage avec nous son point de vue sur d’autres questions comme les obligations de rénovations énergétique et les interdictions de louer.

Laisser un commentaire