• Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
oser la liberté

Exposition : « Oser la liberté. Figures des combats contre l’esclavage. »

Panthéon du 9 novembre au 11 février 2024

Proposée à l’initiative du Centre des monuments nationaux et de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage, l’exposition Oser la Liberté retrace l’histoire d’un combat : celui de la liberté contre l’esclavage dans l’histoire de France, une marche qui s’est déployée sur quatre siècles et trois continents, scandée de moments de ruptures, de régressions, de temps forts et de bascules.

En mêlant cette histoire foisonnante à celle de la modernité française dont elle est une page majeure, et en convoquant la mémoire des femmes et des hommes qui l’ont écrite, l’exposition montre comment le système colonial esclavagiste a toujours suscité résistances et oppositions, et combien le souffle des figures héroïques qui les ont portées continue d’inspirer les combats d’aujourd’hui.

Oser la liberté, c’est l’histoire d’une conquête, à la fois visible et dérobée, dont l’actualité continue d’inspirer nos luttes quotidiennes contre la tyrannie des passions haineuses, des pouvoirs autoritaires, des idéologies mutilantes qui sapent la cohésion sociale et sèment la discorde.

Florence Alexis, commissaire de l’exposition
Oser la liberté

L’audace de ceux qui ont osé se dresser contre l’esclavage

Oser la Liberté. L’expression évoque l’audace de ces femmes et de ces hommes, illustres ou méconnus, qui ont osé se dresser contre l’esclavage, dans les colonies comme en métropole. Elle raconte comment, dans le premier empire colonial français, l’irrépressible volonté de liberté des esclaves révoltés et les idéaux universels des Lumières se sont rencontrés.

Après 1789, c’est en effet dans les colonies françaises en révolution que la réalisation d’un programme de « Liberté générale » a été poussée le plus loin, quand l’insurrection générale du 23 août 1791 dans la colonie de Saint-Domingue (aujourd’hui Haïti) a provoqué cet événement inédit dans l’histoire humaine : le premier soulèvement d’esclaves qui parvient à imposer l’abolition de l’esclavage.

Rien n’effacera la puissance de ce moment, pas même la décision de Napoléon Bonaparte de rétablir l’esclavage en 1802, et l’exposition montre comment le combat pour l’abolition sera finalement gagné, et prolongé jusqu’à nos jours dans le projet d’une société qui œuvre à l’idéal de liberté, d’égalité et de fraternité.

Un parcours en quatre séquences

  • La traite esclavagiste, une première mondialisation
  • Marronnages, Lumières et Révolution (1750-1802)
  • D’une abolition à l’autre (1802-1848)
  • Contre l’oubli : commémorer et combattre (depuis 1848)

Exposition incarnée

Dans le Panthéon, temple des héros et des héroïnes de la République, l’exposition « Oser la Liberté » raconte cette histoire en l’incarnant.
A travers la présence de celles et ceux qui y sont déjà honorés – comme l’abbé Grégoire et Condorcet, Toussaint Louverture et Louis Delgrès, Victor Schœlcher et Félix Éboué, Aimé Césaire et Joséphine Baker... – mais aussi à travers l’évocation de figures moins connues dont elle fait revivre le souvenir (Olympe de Gouges, Makandal, Julien Raimond...), pour un récit plus juste, plus ouvert, plus complet. Cette exposition les réunit toutes et tous pour la première fois au Panthéon, à travers un dispositif inédit mêlant archives, œuvres et dispositif sonore et visuel.

Oser la liberté, c’est l’histoire d’une conquête, à la fois visible et dérobée, dont l’actualité continue d’inspirer nos luttes quotidiennes contre la tyrannie des passions haineuses, des pouvoirs autoritaires, des idéologies mutilantes qui sapent la cohésion sociale et sèment la discorde. Car le dispositif hégémonique de systèmes juridiques, économiques ou politiques hérités du passé laisse apparaître en creux le cheminement d’une indomptable aspiration à la liberté à travers les siècles et les continents, sans exception dans l’espace ou dans la durée. L’exposition retrace la généalogie de cet idéal conquis et partagé.

Florence Alexis, commissaire de l’exposition

LE PARCOURS EN DÉTAIL

oser la liberté
oser la liberté
oser la liberté
Oser la liberté

Marronnages, Lumières et Révolution (1750-1802)

À la fin du XVIIIe siècle, les sociétés esclavagistes de l’empire colonial français sont à leur apogée économique. Mais c’est aussi l’âge d’or des résistances, révoltes et insurrections. Les esclaves pratiquent partout le marronnage. Allant jusqu’à créer de véritables contre-sociétés, les libres de couleur sont discriminés en raison de leurs origines et les philosophes des Lumières condamnent l’inhumanité de l’esclavage. La proclamation des Droits de l’Homme - « Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. » - fait exploser le système colonial. À Saint-Domingue, ce sont les esclaves révoltés qui accomplissent les promesses de 1789 en imposant l’abolition, que la Convention Nationale confirme et étend le 4 février 1794 au reste de l’empire colonial français. Elle porte Toussaint Louverture, qui s’est affranchi de l’esclavage, à la tête de la colonie. Il devient l’acteur et l’emblème de cette « Liberté générale » que la Première République s’efforce d’organiser en inventant une société sans esclavage dans ses possessions outre-mer.

La traite esclavagiste, une première mondialisation

À partir du XVe siècle, l’expansion des puissances européennes sur tous les continents conduit à la constitution d’immenses empires coloniaux. Le moteur de cette première mondialisation économique est la plantation esclavagiste. Ce système de production est massivement développé dans les colonies d’Amérique et d’Asie pour fournir à l’Europe les produits coloniaux qu’elle convoite : sucre, café, tabac, cacao, épices, coton... Les peuples autochtones décimés par les massacres, la servitude et le choc microbien, c’est en Afrique que, à partir de 1444, les Européens vont capturer une main d’œuvre de 13 millions de femmes, d’hommes et d’enfants achetés et déportés à travers les océans pour être transformés en bêtes de somme par la traite, sur plus de 400 ans. Au XVIIe siècle, la France affirme sa volonté de se positionner en acteur majeur de cette économie-monde à partir de ses colonies aux Antilles, en Louisiane, en Guyane et dans les Mascareignes, où, de marronnages en révolutions, les esclaves ne cessent de résister à ce système déshumanisant.

D’une abolition à l’autre (1802-1848)

En 1801, Toussaint Louverture dote Saint-Domingue d’une constitution qui interdit l’esclavage. Napoléon Bonaparte, qui nourrit de grandes ambitions coloniales en Amérique, décide de le renverser pour mettre un terme à la Liberté Générale. Il échoue à Saint-Domingue, qui gagne son indépendance sur le champ de bataille et la proclame en 1804 sous le nom d’Haïti. Mais il réussit à rétablir l’esclavage en Guadeloupe et en Guyane. Il le maintient en Martinique et à La Réunion, où les colons voulaient maintenir l’ordre ancien. Pendant 46 ans, la lutte reprend dans les colonies françaises comme en métropole. La traite, l’esclavage et son corollaire, le préjugé de couleur, sont contestés dans la presse, devant les tribunaux, au Parlement, parfois les armes à la main lorsque les esclaves se soulèvent. Des figures émergent pour incarner ces combats, comme Cyrille Bissette, Furcy Madeleine, ou Victor Schœlcher. Mais face à l’inertie du pouvoir central, il faudra une nouvelle révolution pour abattre la traite en 1831, et une autre pour enfin abolir l’esclavage, en 1848.

Contre l’oubli : commémorer et combattre (depuis 1848)

« Je recommande à chacun l’oubli du passé », déclare le gouverneur de Martinique en 1848. Une injonction qui vise autant à préserver la paix civile qu’à masquer la persistance des inégalités dans une société coloniale dont les structures économiques n’ont pas été réformées. Alors que l’école républicaine permet à une nouvelle élite de s’élever, celle-ci se saisit de la mémoire de l’esclavage pour contester le racisme qui en est issu et affirmer une « conscience noire » longtemps incubée, que Paulette et Jane Nardal, Aimé et Suzanne Césaire, Léon-Gontran Damas, portent dans des textes importants. Après-guerre, les espoirs déçus de la départementalisation des « vieilles colonies » en 1946 et le mouvement parallèle de la décolonisation, porté notamment par le martiniquais Frantz Fanon, nourrissent les revendications pour une pleine égalité outre-mer, et l’aspiration à une société enfin délivrée du racisme. En 2001, la France reconnaît par la loi « Taubira » l’esclavage et la traite comme crimes contre l’humanité : un retour aux sources de 1794 et 1848, et un appel à l’action pour l’égalité et la dignité de la personne en France comme dans le reste du monde, alors que la traite et l'esclavage moderne touchent encore plus de 28 millions de personnes dont près de 70% de femmes dans le monde.

Le combat pour la liberté et l’égalité n’est pas achevé.

This image for Image Layouts addon

OSER LA LIBERTÉ
VISITER L'EXPOSITION

Modalités de visite

Réservation conseillée sur le site Panthéon, Paris (monuments- nationaux.fr)
Nombre de visiteurs limité.
Les visiteurs sont invités à consulter en amont de leur visite le site Panthéon, Paris (monuments-nationaux.fr) où les modalités de visite sont mises à jour.

Horaires

Ouvert tous les jours
Du 1er avril au 30 septembre : 10h - 18h30 Du 1er octobre au 31 mars: 10h - 18h
Dernier accès 45 minutes avant la fermeture.

Fermetures
1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

Accès

En transport en commun : Métro ligne 10 / RER B / Bus lignes 21, 27, 38, 82, 84, 85, 89 Station Vélib’ N°5032 (Panthéon-Valette) En voiture: Boulevard Saint-Michel puis rue Soufflot

En savoir +

Crédits photographiques

Jean-Baptiste Belley, député de Saint-Dominique à la Convention (1747-1805), 1797 - Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson - Huile sur toile - Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon - Photo © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Joséphine Baker, 1948 - Studio Harcourt - Négatif monochrome, négatif souple - achat de l'Etat- Charenton-le-Pont, Médiathèque du patrimoine et de la photographie - Photo © Ministère de la Culture - Médiathèque du patrimoine et de la photographie, Dist. RMN-Grand Palais / Studio Harcourt

Lettre de Toussaint Louverture - Lettre de Toussaint BREDA Limbé, 8 août 1793 - Collection Walter O. Evans et Linda J. Evans - Crédits photo : Walter O. Evans Foundation For Art and Literature

Copie manuscrite de l’Ordonnance / Edit du Roy ou Code noir sur les Esclaves des Isles de l’Amérique, Mars 1685, à Versailles - Archives nationales d’outre-mer, Aix-en-Provence (France)

La rédaction
La rédaction
La rédaction
La rédaction
Diffuseur passionné des infos de la sphère immobilière en France et à l’international.

logo lodli 150Le rendez-vous hebdomadaire du média digital et podcast Les Ondes de l'Immo pour une information immobilier et logement décryptée par les décideurs influents de l'immobilier.

Nos émissions / Podcasts

Emission podcast Les Ondes de l'Immo
Emission podcast La maison de mes rêves
Emission podcast Newsroom Immo et +
S'abonner à nos émissions podcasts


Les Ondes de l'Immo

Suivez-nous sur les réseaux !

Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
Emission Podcasts Newsroom
Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
S'abonner à nos Podcasts
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner