• Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
(c) Canva pro
Promotion immobilière : point bas historique en 2023 et presque aucun territoire épargné

Promotion immobilière : point bas historique en 2023 et presque aucun territoire épargné

ADEQUATION livre son tour d'horizon géographique

ADEQUATION, société de conseil et d’études des marchés immobiliers, analyse le marché de la promotion immobilière : en chute libre, les ventes au détail de la promotion immobilière ont atteint l'année dernière le point bas observé durant la crise des années 1990. La baisse est générale à quelques rares exceptions près, et certains territoires souffrent plus que d'autres. 

Avec 60 000 logements neufs réservés par les particuliers en 2023 sur le territoire français, la filière accuse à nouveau une baisse drastique des volumes de réservation : -35 %. Elle fait suite au repli déjà important de 2022 (-30 % par rapport à 2021). Le recul est semblable pour le nombre de logements mis en vente, qui s’est « adapté » à la faible demande observée actuellement.”

Simon Chapuy, Directeur de marché “Promoteurs immobiliers” chez ADEQUATION

Ecouter notre podcast

Presque tous les territoires touchés

Le retrait des investisseurs particuliers (« Pinel ») est massif, ils ont représenté en 2023 seulement 36 % des ventes, contre 44 % en 2022 : un volume divisé par deux !
À titre de repère, ADEQUATION comptabilise 120 000 à 130 000 ventes annuelles au détail en cycle haut, soit… le double. Un tel étiage n’a pas été observé depuis la crise des années 1990 : en 1995, point bas d’un effondrement du marché entamé en 1991, seules 61 000 réservations avaient été enregistrées.

Selon les indicateurs avancés du FIL Résidentiel d’ADEQUATION, qui publie chaque mois les résultats de l’activité du mois précédent, tous les types de marchés sont concernés par ce recul, que ce soit la région Île-de-France (-22 %), les 11 grandes métropoles (-34 %), les agglomérations dites « moyennes » (-35 %) ou bien le reste du territoire (-46 %).

Île-de-France : une baisse inférieure à la moyenne nationale

Cette performance très relative peut s'expliquer par :

  • Une moindre dépendance aux ventes à investisseurs par rapport à la plupart des grandes métropoles ;
  • Des projets d'aménagement qui boostent l'activité dans certains territoires (effet JO dans la Seine-Saint-Denis) ;
  • Une assez bonne résistance de certains secteurs qui demeurent encore accessibles pour les primo-accédants (< 5 000 €/m²), en petite couronne (opportunités en TVA réduite en Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne notamment), mais aussi en grande couronne.

Grands marchés métropolitains : disparition des clients solvables

Sur ces marchés, l'offre ne parvient plus à rencontrer une demande de clients solvables et le défi consiste à finir de commercialiser les opérations développées en 2022, à des prix trop chers, dans une conjoncture économique devenue très défavorable.

Parmi les métropoles plus impactées, avec des baisses comprises entre -50 % et -60 %, Nantes, Bordeaux, Toulouse et Montpellier accusent clairement le coup. Par rapport au pic haut d’activité de 2019, la chute de l’activité est abyssale et représente -65 % à -80 % ! Nantes décroche le triste record de la plus forte chute (705 ventes en 2023 contre … 3 385 en 2019). Ces marchés historiquement largement portés par les investisseurs particuliers subissent naturellement le contrecoup de la désaffection de ces derniers :  ils ne représentent aujourd’hui que 30 % à 45 % des ventes, contre 60 % à 80 % en période faste.

En situation intermédiaire (environ 30 % de baisse), avec un faible renouvellement de l’offre depuis 2 ans, Aix-Marseille-Provence est aujourd’hui en situation de pénurie, induisant des prix encore très élevés en 2023. Dans la même dynamique quoique plus équilibrées en termes de stock, les métropoles de Lille, Strasbourg ou Rennes connaissent elles aussi une situation morose.

La métropole de Lyon, également en baisse de 30 %, après plusieurs années de difficultés (marché grippé en raison d'un nombre insuffisant de nouveaux projets et une progression folle des prix) touche un point bas.

Seuls le Franco-Genevois (-5 %) et le littoral des Alpes-Maritimes (-5 % environ) tirent leur épingle du jeu. Ces territoires « tendus » sont moins sujets à variations car ils profitent d’une demande exogène soutenue, davantage solvable, et ont donc mieux résisté au retrait des investisseurs. 

promotion immobilière 2023

Agglomérations moyennes : une baisse encore plus marquée que celle des grandes métropoles

Le choc en retour est violent pour les agglomérations moyennes, qui avaient connu un léger regain en 2022. Les situations sont toutefois contrastées, entre les marchés ayant montré une certaine résilience et ceux qui se trouvent en état critique.

Marchés « porteurs » ou ayant montré une certaine résilience

La façade atlantique a clairement le vent en poupe, portée par un phénomène d’héliotropisme. Le Pays basque se maintient +2 % (activité soutenue à près de 80 % par les ventes à propriétaires occupants) malgré des prix en progression de +4 %. Plus au nord, de manière acyclique, la communauté de communes Maremme-Adour-Côte Sud a connu un pic d’activité, avec un fort renouvellement de l’offre et une demande qui a répondu présent (+40 % de mises en vente et +38 % de ventes). L’agglomération lorientaise a connu la même dynamique, mais par rapport à une année 2022 particulièrement basse.

Le Bassin d’Arcachon a manifestement profité de son aura : des réservations en progression de 4% à la faveur d’une correction de prix de l’ordre de -15%. Un marché bien aidé par les investisseurs, ils ont représenté 40 % des ventes.

Côté méditerranée, le Var (communauté d’agglomération Var Esterel Méditerranée et communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez) affiche de longue date une remarquable stabilité (750 ventes, chaque année) qui s’est maintenue en 2023 : -3 %, à l’instar du littoral maralpin.

Avec moins de vigueur, mais ayant mieux « résisté » que la moyenne, on trouve les agglomérations dont les baisses sont comprises entre 20 % et 30 % : Toulon (la baisse avait été marquée en 2022), Dijon (marché résilient depuis plusieurs années), Vannes (marché structurant), Chartres (hyper proximité avec l’Ouest parisien), Tours (premier marché de la région Centre), Angers.

promotion immobilière 2023

Agglomérations en difficulté, voire en situation critique

Parmi les territoires en difficulté, ayant connu des baisses comprises entre 35 % et 45 %, on trouve les agglomérations de Metz (chute des mises en vente), Orléans(marché clairement sur-offreur), Annecy, Grenoble et Chambéry (prix devenus complètement décorrélés sur ces trois territoires et retrait des investisseurs), ainsi que Le Havre, Brest, Amiens, Rouen et Caen, malgré une stabilisation des prix.

Enfin, certains marchés « dégringolent » : boostés plus ou moins artificiellement par une période favorable, les prix surcotés ont complètement écarté les propriétaires-occupants comme les investisseurs. 

Les territoires suivants ont été les plus impactés en 2023 et devront clairement s’assainir : Perpignan, Reims, Besançon, Sète (60 à 70 % de réservations en moins par rapport à 2022), Clermont-Ferrand, Nîmes (retour à la normale pour un marché dopé artificiellement en 2022 par les investisseurs), Saint-Étienne (marché clairement sur-offreur). Cette dernière catégorie connaît des réservations en chute : -50 % environ. Le cas de La Rochelle (-50 %) est différent : territoire attractif, mais ayant lourdement subi le faible renouvellement de l’offre (contexte politique), des prix élevés et le retrait des investisseurs.

Quant à l’avenir, l’analyse des permis de construire accordés en 2023 confirme la part croissante du poids des logements autorisés en zones B2 et C, passant de 20 % en 2021, 23 % en 2022 à 29 % en 2023. Ce relais de croissance ne permettra assurément pas de reconstituer les volumes « perdus » dans les marchés tendus, mais il est possible que les équilibres évoluent de manière douce en 2024, à la faveur de prix moins élevés et/ou de tailles d'opérations plus réduites. 

La rédaction
La rédaction
La rédaction
La rédaction
Diffuseur passionné des infos de la sphère immobilière en France et à l’international.

  • Back
  • Next

logo lodli 150Le rendez-vous hebdomadaire du média digital et podcast Les Ondes de l'Immo pour une information immobilier et logement décryptée par les décideurs influents de l'immobilier.

Nos émissions / Podcasts

Emission podcast Les Ondes de l'Immo
Emission podcast La maison de mes rêves
Emission podcast Newsroom Immo et +
S'abonner à nos émissions podcasts


Les Ondes de l'Immo

Suivez-nous sur les réseaux !

Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
Emission Podcasts Newsroom
Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
S'abonner à nos Podcasts
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner