• Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
alliance pour le logement

Alliance pour le logement : Un appel au Président de la République qui sonne comme celui de la dernière chance

Conférence de presse du 24 janvier 2024

Réunis en conférence de presse, les dirigeants de la FFB, l’USH, la FNAIM, la FPI, Pôle Habitat FFB, PROCIVIS, l’UNIS, l’UNNE, l’UNSFA et l’UNTEC, réunis dans l’Alliance pour le logement, ont interpellé vivement le Président de la République ainsi que son gouvernement, en les exhortant à prendre enfin en considération la gravité de la situation du logement en France. 

Après la présentation d’une étude menée par Viavoice sur les Français et leur perception de la crise du logement, et compte tenu de l’aggravation de la situation, chacun des dirigeants s’est exprimé et a choisi ses mots : « appel de la dernière chance » pour Emmanuelle Cosse (Présidente de l’USH), nécessité de « réarmer le logement » pour Yannick Borde (Président de Procivis), « le sentiment qu’on se moque de nous » pour Boris Vienne, (Président de Union Nationale des Notaires Employeurs).  Mais tous sont « 100% d’accord sur 80% des sujets », ainsi que le souligne Olivier Salleron, Président de la FFB. A la veille de la nomination éventuelle d’un nouveau ministre du logement et à quelques jours du discours de politique générale du nouveau Premier Ministre Gabriel Attal, tous attendent désormais une prise de conscience et des décisions immédiates. 

Nous ne défendons pas la politique du logement que pour sauver nos métiers et nos entreprises. Nous défendons la politique du logement parce que c’est un sujet essentiel pour la politique de nos territoires, urbains comme ruraux, métropolitains comme ultramarins, que ce soit le logement privé et bien évidemment social. Le sondage qui vient d’être présenté montre bien que le gouvernement ne peut pas rester les bras croisés.

Olivier Salleron, Président de la FFB

Ecouter notre podcast

Olivier Salleron, Président de la FFB : « On est 100% d’accord sur 80% de nos sujets. »

Le mot clé c’est l’union

Olivier Salleron l’aura répété à plusieurs reprises, les dirigeants la FFB, l’USH, la FNAIM, la FPI, Pôle Habitat FFB, PROCIVIS, l’UNIS, l’UNNE, l’UNSFA et l’UNTEC réunis dans l’Alliance pour le logement sont unis et parlent à l’unisson. Parmi ces sujets, l’urgence de définir une politique du logement efficace et pérenne, mais aussi la confiance aux professionnels qui doit être accordée de nouveau. Sans aucun doute également l’arrêt d’une forme tout à fait claire de mépris du gouvernement envers les forces vives du logement en France. 

Pascal Boulanger, Président de la FPI le dit ainsi : « Aujourd’hui, je ne comprends pas notre gouvernement. Ceux qui nourrissent les Français sont méprisés. Ceux qui transportent les Français sont méprisés les Français sont méprisés. Ceux qui soignent les Français sont méprisés. J’avais envie de dire agriculteurs, docteurs, transporteurs, promoteurs … même combat. » Danièle Dubrac, Présidente de l’UNIS, le dit autrement : « Ecoutons les professionnels. On veut bien faire le SAV de la politique du logement. Ce n’est pas un souci. Mais qu’on nous écoute en amont car c’est très important et cela éviterait peut-être un peu un certain nombre de difficultés dans les textes. »

Ecouter les professionnels, c’est aussi demander au gouvernement d’accepter de prendre en considération, sans dogmatisme, la réalité des besoins de Français en matière de logement et l’expérience des professionnels qui ne parviennent plus à satisfaire les demandes de leurs clients, quelles qu’en soient les raisons. Pour Olivier Salleron, Président de la FFB, « Nous ne pourrons pas accepter les scénarios définis au plus haut niveau de l’Etat et par les technos qui n’intègrent pas les réalités des besoins et qui partent sur des hypothèses erronées en matière de vacances de logements ou de tailles de ménages. La vision uniquement budgétaire du logement est dangereuse. Car on ne conduit pas un pays en regardant que la colonne des dépenses du tableau excel et vous le savez, le logement et l’investissement sur le logement est faible par rapport à ce qu’aujourd’hui il rapporte. Nous attendons des réponses concrètes pour permettre aux ménages d’être des investisseurs comme les autres. Supprimer le Pinel sans aucune alternative aujourd’hui va réduire l’offre locative privée. » 

Et Olivier Salleron de poursuivre sur plusieurs questions tout aussi essentielles, et pourtant chères au Président Macron : la stratégie bas carbone, la réindustrialisation du pays et l’emploi. « Se loger constitue un pilier de la stratégie bas carbone et la capacité à réindustrialiser et relocaliser nos industries dans le pays. Pas de réindustrialisation ni de plein emploi sans le logement. Remettons vraiment au cœur du débat le lien emploi-logement. Comment est-ce possible que la loi Industrie Verte n’ait comporté aucun volet sur le logement ? Cela fait plusieurs mois que nous protestons. »

De toute évidence, l'heure n'est plus aux réunions. Ces dirigeants influents de la filière du logement attendent du gouvernement des actions immédiates et une prise de conscience rapide. 

Le gouvernement fera-t-il enfin du logement sa priorité ?

Tous et toutes ont embrassé un objectif de consensus en vue de servir une détermination commune mise au service des Français pris au cœur d’une crise du logement sans précédent.

Le temps des réunions explicatives est en effet passé…. Tous se souviennent avec une douleur certaine du dernier échec, celui du Conseil National de la Refondation. Echec cuisant. Emmanuelle Cosse, Présidente de l’Union Sociale pour l’Habiat, a exprimé ainsi avec la plus grande clarté la fatigue de ces dirigeants de Fédérations nationales qui ont, pendant des années, fait œuvre de pédagogie auprès des hommes et femmes politiques successifs en charge du logement. Mais l’heure n’est plus à la réplication des réunions. Ils le disent et le rèpètent à l’envie. Le mal est trop profond, et de nombreux Français placés en difficulté extrême, alors même qu’ils travaillent. 

Je ne veux ni concertation ni conseil national de la refondation ni réunion collective. Nous avons travaillé depuis des années. Nous avons produit et enchaîné les rapports et les propositions, ainsi que les auditions parlementaires. La question est maintenant de savoir si le Premier Ministre, dans son discours de politique générale, fait du logement une de ses priorités et pas simplement quelques phrases pour nous calmer. Mais bien sa priorité ! Notamment en lien avec la priorité qu’il a affichée sur les conditions de vie des classes moyennes et le plein emploi. Car je suis persuadée, et tous les jours je le vois, que le plein emploi ne peut pas réussir si nous n’avons pas la capacité de loger correctement les salariés qui vont prendre ces emplois. Je le redis : on ne peut pas, dans une démocratie, penser que vivre dans un mobil home ou dans un camping est une fin en soi.

Emmanuelle Cosse, Président de l’Union Sociale pour l’Habitat.

Le discours de politique générale qui sera prononcé dans les prochains jours par le Premier Ministre Gabriel Attal sera sans aucun doute un moment déterminant. Ainsi que l'a souligné Loïc Cantin, Président de la FNAIM, "Tant que le Président de la République n'aura pas compris, rien ne changera." Nous écouterons donc ce discours avec intérêt, tout comme les Présidents réunis dans l'Alliance pour le logement qui ont annoncé par ailleurs une régionalisation de leur mouvement. La détermination est préente. A la clé, une crise du logement dont la réalité n'est pas discutable. 

alliance pour le logement

Les interpellations de l’Alliance pour le logement

Compte tenu de la vision et des attentes des Français sur leur logement ainsi que des prévisions économiques pour 2024, l’Alliance pour le logement demande instamment au nouveau gouvernement de préciser les grandes lignes de sa politique du logement et sa stratégie pour les trois ans à venir. Cette visibilité s’avère indispensable pour investir et prendre des décisions.

Alliance pour le logement, communiqué de presse du 24 janvier 2024

Les sujets identifiés par l'Alliance pour le logement

Pour accompagner les Français dans leur demande légitime de parcours résidentiel et sortir de la grave crise du logement qui s’est installée, les membres de l’Alliance, dans leur diversité, ont identifié des sujets urgents et sur lesquels ils ont interpellé le gouvernement. 

  • Rétablir le prêt à taux zéro qui, depuis sa création, il y a près de 30 ans, a permis à plus de 3,6 millions de familles d’accéder à la propriété. 
  • Dynamiser temporairement l’acquisition des logements dans le neuf par une exonération partielle des droits de mutation. 
  • Limiter les refus de crédit en assouplissant véritablement ou en suspendant temporairement les règles du Haut Conseil de Stabilité Financière. 
  • Faciliter la transmission entre membres d’une même famille pour construire ou acquérir une résidence principale. 
  • Mettre en place un statut du bailleur privé, véritable dispositif pérenne d’amortissement qui permetrait de faciliter l’investissement des propriétaires dans le neuf comme dans l’ancien.
  • Prendre de réelles mesures afin de massifier la rénovation énergétique pour tous les ménages : simplifier et stabiliser les modalités ainsi que les conditions de financement. 
  • Revenir sur la baisse des APL qui fait peser tous les ans un prélèvement de 1,3 milliard d’euros sur les bailleurs sociaux et restaurer leurs capacités d’investissement en revenant à un taux de TVA réduit de 5,5 %. 

Les membres de l’Alliance rappellent qu’ils ne pourront pas se satisfaire d’un vague projet de décentralisation qui conduirait à masquer l’absence de politique en matière de logement. Dans la mesure où les atendus demeurent flous et sans évaluation sérieuse à ce stade, de nombreuses questions se posent sur les moyens et compétences associés à cete démarche. 

L’Alliance insiste également sur l’indispensable évaluation des besoins en logements, tant sur le plan qualitatif que quantitatif : c’est un impératif majeur compte tenu des enjeux en matière de stratégie nationale bas carbone, d’aménagement des territoires et de lien emploi-logement. 

Etude Flash par Viavoice

Les Français et leurs perceptions de la crise du logement – Janvier 2024

Enquête réalisée par VIAVOICE auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1005 personnes de plus de 18 ans.
Interviews réalisées du 5 au 8 janvier 2024.
Les interviews ont été effectuées en ligne. Représentativité par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession de l’interviewé, région et catégorie d’agglomération.
La rédaction
La rédaction
La rédaction
La rédaction
Diffuseur passionné des infos de la sphère immobilière en France et à l’international.

  • Back
  • Next

logo lodli 150Le rendez-vous hebdomadaire du média digital et podcast Les Ondes de l'Immo pour une information immobilier et logement décryptée par les décideurs influents de l'immobilier.

Nos émissions / Podcasts

Emission podcast Les Ondes de l'Immo
Emission podcast La maison de mes rêves
Emission podcast Newsroom Immo et +
S'abonner à nos émissions podcasts


Les Ondes de l'Immo

Suivez-nous sur les réseaux !

Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
Emission Podcasts Newsroom
Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
S'abonner à nos Podcasts
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner