• Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Charles Marinakis (c) Anne-Sandrine Di Girolamo
plus value bien immobilier

« Il n’est écrit nulle part qu’un bien immobilier sert à faire de la plus-value. » Charles Marinakis, Président Century 21

Retour de conférence de presse

A l’occasion de sa traditionnelle conférence de presse de début d’année, Charles Marinakis, Président de Century 21 a livré son analyse du marché immobilier. Tendances constatées en 2023 et perspectives pour 2024 … Son discours, constructif et attendu sur certains sujets comme le ralentissement des ventes dans l’immobilier ancien, le recul des prix très relatif au niveau national et les leviers qui devraient permettre au marché immobilier de repartir en 2024, a été parsemé de questionnements et de mise en perspectives bienvenues, qu’il s’agisse du besoin urgent de dédramatisation de la situation vis-à-vis du grand public ou encore de la question de la plus-value immobilière.

Il n’est écrit nulle part qu’un bien immobilier sert à faire de la plus-value. Il faut revenir sur ce postulat. »

Charles Marinakis, Président de Century 21
bien immobilier plus-value

Pas de postulat éternel sur la plus-value immobilière

En évoquant la plus-value immobilière, Charles Marinakis interroge un trait intéressant de la société française. Oui, Charles Marinakis vous avez raison ! « Il n’est écrit nulle part qu’un bien immobilier sert à faire de la plus-value. Il faut revenir sur ce postulat. » Pourtant chacun d’entre nous a pu le constater. Au cours d’apéritifs, de dîners et de cocktails en famille ou entre amis (une bonne vieille tradition Française)… la maison, résidence principale de la famille, y fait l’objet de tous les fantasmes possibles et imaginables sur la plus-value qu’on a fait ou qu’on fera…. Le trait est si marqué qu’il permet à certains la forfanterie et que tous en oublient l’essentiel. La résidence principale sert, en premier lieu, à loger la famille et non pas à produire un rendement d’ordre purement financier.

On l’a assez répété, il ne s’est pas passé grand-chose en 2023 sur le marché de l’immobilier ancien. Les prix n’ont que très peu baissé au niveau national. « Cette baisse n’est pas suffisamment significative pour permettre au marché de retrouver une réelle tonicité », confirme Charles Marinakis qui poursuit alors en rappelant que « les vendeurs devront faire un bout du chemin ». Faire un bout du chemin, c’est être prêt à consentir une décote du prix et donc accepter, éventuellement et dans une certaine mesure, de renoncer à la sacro-sainte plus-value. Mais les Français sont-ils prêts à changer leurs réflexes ? Pas certain. Selon CENTURUY 21, 51% des vendeurs seraient prêts à accepter une baisse du prix pour vendre leur bien plus vite alors que 49% préfèrent penser qu’ils attendront ou reporteront leur projet plutôt que d’accepter une décote. Revenir sur des dizaines d’années de certitudes n’est pas l’histoire d’un mois, ni même de deux. Pourtant, le marché immobilier est entré dans une nouvelle ère. Et cela, il faudra bien l’accepter, bon gré mal gré.

Dédramatiser la situation du marché de l’immobilier

Que pouvons-nous espérer de 2024 ? A cette question, Charles Marinakis répond armé de son bon sens habituel. « Dédramatiser la situation du marché de l’immobilier est une priorité même si elle est préoccupante. Les courtiers ont beaucoup communiqué et de fait mis le feu au marché alors qu’ils ne représentent qu’une part moindre du marché du crédit. Il faut donc désormais désinhiber les acquéreurs qui s’autocensurent en considérant qu’ils ne trouveront jamais un crédit pour leur logement. »

60% des Français pensent, en effet, qu’ils ne trouveront pas de crédit immobilier. Or, dès la fin de 2023, certaines banques ont retrouvé le goût de la conquête client sur le segment du crédit immobilier. Par ailleurs, en 2024 les Français devraient user de plusieurs leviers pour accéder à la propriété. Parmi ces leviers, la baisse possible et même probable des taux d’intérêt pour se stabiliser autour de 3,25% si l’inflation baisse aux alentours de la mi-année ainsi que la réduction des surfaces et l’augmentation de l’apport personnel conjuguées. Rien n’interdit donc de penser qu’acheter un bien immobilier en 2024 sera plus aisé qu’en 2023.

charles marinakis

Le point sur le marché immobilier ancien par CENTURY 21

Comme annoncé, les ventes dans l’immobilier ancien ont fortement ralenti en 2023, et si les Notaires tablent sur une baisse nationale du nombre de transactions de l’ordre de -18%, le Réseau CENTURY 21 enregistre un recul d’activité d’environ -16% sur l’année.

Les causes en sont principalement la hausse continue et rapide des taux d’intérêt (passant de 2,62% en janvier 2023 à 4,22% en moyenne en novembre), conjuguée à un durcissement des conditions d’octroi du crédit et à une inflation qui ampute considérablement le reste à vivre des ménages, les contraignant à renoncer à leur projet immobilier.

Dans ce contexte, le prix moyen au m2 ne baisse que trop peu sur le plan national : -1,7% pour les maisons, -3,4% pour les appartements. Pour acheter, les acquéreurs renoncent à quelques m2 (-1,3m2 en moyenne sur un an). Cela contribue à réduire le montant moyen d’une transaction (-4,2% tous types de biens confondus), mais cette baisse n’est pas suffisamment significative pour permettre au marché de retrouver une réelle tonicité. Les délais de vente s’allongent (+8 jours pour les maisons et +14 jours pour les appartements).

Ce recul des prix au niveau national est de surcroit en trompe l’œil, car si on exclut la région parisienne, les prix immobiliers ne reculent que de -1% dans le reste de la France, loin des 10 à 15% de baisse nécessaires pour relancer le marché.

Les acquisitions sont destinées très majoritairement à la résidence principale (65,6%) quand les achats réalisés au titre de l’investissement locatif chutent pour retrouver des niveaux d’avant 2019 (26,7% des transactions contre 30,6% en 2022).

Les acheteurs qui s’en sortent le mieux sont les retraités : leur part progresse de +7% parmi les acquéreurs. La raison tient au fait qu’ils ne sont généralement que peu ou pas impactés par le durcissement des conditions d’emprunt et bénéficient souvent d’un apport personnel conséquent dû à la revente de leur précédent bien.

Il faut quand même rappeler que de 2015 à 2022, les prix n’ont cessé de croître en France : +34% pour les maisons, et +26,6% pour les appartements. Sur cette période, en moyenne, un bien immobilier a donc vu sa valeur augmenter de +4% par an ! Le recul actuel des prix ne vient même pas gommer une année de hausse...

D’autant que cette baisse des prix, nationale, est loin d’être observée dans toutes les régions. Si l’on doit retenir une chose de l’année 2023, c’est la régionalisation prononcée des marchés immobiliers, où tous les cas de figure coexistent.

Paris, par exemple, voit son nombre de ventes reculer plus modérément qu’au niveau national (-12,9%), sans doute parce qu’un effort a été consenti sur les prix, et ces derniers baissent davantage que la moyenne française (-5,5%). S’établissant à 9 774€ le m2 en moyenne en 2023, ils sont durablement passés en-deçà du seuil des 10 000€ le m2.

La surface des biens achetés diminue également (48,7m2 contre 50 m2 en 2022), contribuant à réduire le montant moyen d’une acquisition parisienne (477 857€ en 2023 soit -7,7% sur un an). Malgré cela, les délais de vente explosent dans la Capitale et atteignent des niveaux jamais observés jusque-là (96 jours en moyenne).

La région parisienne s’illustre, quant à elle, par des indicateurs nettement plus dégradés qu’à l’échelle nationale, tirant les moyennes vers le bas. Les prix au m2 reculent de -5% pour les maisons et -7,8% pour les appartements pour se fixer respectivement à 3 656€ et 4 445€ le m2 en moyenne.

 Et pourtant, l’activité ne repart pas. Au contraire, les délais de vente s’allongent encore (s’établissant à 90 jours), et le nombre de ventes recule de -18,7% pour les maisons et de -22,2% pour les appartements.

Cette contraction d’activité s’explique en partie par des prix qui n’ont cessé de croître entre 2015 et 2022. En huit ans, le prix au m2 francilien a progressé de +38,2% pour les maisons et de +36,6% pour les appartements, une hausse encore plus importante qu’à Paris ! Alors certes, la région francilienne est celle qui corrige le plus en termes de prix, mais ce recul est insuffisant pour sortir le marché de l’atonie.

Au sein de l’Ile-de-France, deux départements se distinguent : les Hauts- de-Seine et la Seine-et-Marne. Présentant les prix les plus élevés de la région, le département du 92 voit le nombre de ses transactions le plus durement chuter (-40% pour le segment des maisons et -31,8% pour celui des appartements). A l’inverse, la Seine-et-Marne est le département francilien qui « résiste le mieux », avec une activité en baisse de -13,2% en moyenne tandis que ses prix -pourtant les moins élevés de la région- corrigent substantiellement (-2,7% pour les maisons et -9,1% pour les appartements).

Les autres régions peuvent se classer en 3 catégories distinctes :

1/ Celles dont les volumes de ventes reculent de -10%

Il s’agit des Pays de la Loire (-5,7% d’activité), de la Bourgogne-Franche-Comté (-5,6%) et de la Bretagne (-9,3%). Les évolutions de prix pour ces trois régions sont relativement contrastées. La Bourgogne-Franche-Comté enregistre une baisse de -4,2% tous types de biens confondus, tandis que les prix en Bretagne sont stables (-0,2%) comme ceux des Pays de la Loire (+0,5%). A noter dans cette région : le département de la Mayenne se distingue par une baisse notable des prix (-8,2%) qui a eu pour effet de redynamiser le marché dont les volumes de vente progressent de +3,7%.

2/ Les régions dont les volumes de ventes reculent entre -10 et -15%

4 régions sont concernées : l’Auvergne-Rhône-Alpes (-15%), le Centre- Val de Loire (-12,3%), le Grand Est (-14,2%) et la Nouvelle-Aquitaine (-14,3%). Au sein de ce groupe, c’est l’Auvergne-Rhône-Alpes qui présente la baisse des prix au m2 la plus marquée (-4,1%). Dans cette région, Lyon voit ses prix reculer davantage (-5,7% sur un an), ce qui profite à son activité qui ne baisse que de -1,5%, une performance dans le contexte.

Fait notable : dans la région Nouvelle-Aquitaine, la Charente-Maritime voit ses prix progresser de +8,4%, à contre-courant des tendances, avec pour corollaire des volumes de ventes en retrait de -13,2%. En Gironde, l’activité n’est pas en meilleure forme (-12,7%) malgré une diminution des prix au m2 de l’ordre de -4,1% en moyenne. Dans ce département girondin, Bordeaux corrige ses prix plus drastiquement : -11,5% sur un an, sans pour autant que l’activité ne reparte (-10,9% par rapport à 2022). Il faut dire que Bordeaux a vu ses prix progresser de +54,3% entre 2015 et 2022 !

3/ Les régions dont les volumes de ventes reculent de plus de -15%

Il s’agit des Hauts-de-France (-18,7%), de la Normandie (-21,6%), de l’Occitanie (-19,1%) et de la Provence-Alpes-Côte d’Azur (-18%). Une constante dans ces régions, les prix ne s’ajustent pas suffisamment à la baisse : -2,7% pour les Hauts-de-France, stables pour la Normandie, - 0,5% pour l’Occitanie et... +1,7% pour la PACA ! Il s’agit de la région française dont les prix augmentent le plus sur un an, alors même qu’ils ont déjà progressé de +31,2% entre 2015 et 2022. Nice s’illustre par des prix qui prennent +5,5% en 2023. Le marché niçois tourne, certes, au ralenti (-15,5% par rapport à 2022) mais il ne dévisse pas et, signe d’une demande toujours forte, les délais de vente ne s’allongent que de 2 jours en un an.

Quelles perspectives pour 2024 ?

Tous les leviers ont été activés et poussés à leur extrême.

L’apport personnel a continué d’augmenter en 2023 et atteint un niveau jamais égalé. La superficie des biens acheté ne peut quasiment plus se réduire au risque d’atteindre un seuil de viabilité qui rend l’acquisition inenvisageable pour le confort des occupants.

En réalité, si les taux se stabilisent comme cela semble se profiler,

un seul et dernier levier peut permettre au marché immobilier de repartir : celui des prix. Ils doivent baisser davantage qu’ils ne l’ont fait en 2023 pour purger les excès de ces dernières années. Alors seulement, le marché immobilier pourrait retrouver des couleurs et permettre à nouveau aux Français de concrétiser leur rêve de propriétaires.

Sources

Century 21, 8 janvier 2024. 

Anne-Sandrine Di Girolamo
Anne-Sandrine Di GirolamoFondatrice
Anne-Sandrine Di Girolamo
Anne-Sandrine Di GirolamoFondatrice
Journaliste fondateur des Ondes de l’Immo.

logo lodli 150Le rendez-vous hebdomadaire du média digital et podcast Les Ondes de l'Immo pour une information immobilier et logement décryptée par les décideurs influents de l'immobilier.

Nos émissions / Podcasts

Emission podcast Les Ondes de l'Immo
Emission podcast La maison de mes rêves
Emission podcast Newsroom Immo et +
S'abonner à nos émissions podcasts


Les Ondes de l'Immo

Suivez-nous sur les réseaux !

Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
Emission Podcasts Newsroom
Emission Podcasts Les ondes de l'Immo
S'abonner à nos Podcasts
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
En savoir plus
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Google Analytics
Accepter
Décliner